Conseil Municipal

Le prochain Conseil Municipal de Sainte-Marie, se tiendra le jeudi 6 décembre à 19h, à l’espace associatif, salle les mésanges.

Voici les points à l’ordre du jour :

  • Equipement en matériel informatique de deux classes de l’école publique – Subvention DETR
  • Revitalisation du centre-bourg – Acquisition et réhabilitation de bâtiments à vocation artisano-commerciale – Subvention
  • Square Intergénérationnel – Subvention Contrat de territoire
  • Acquisition d’une partie de la parcelle cadastrée AB 357
  • Acquisition des parcelles cadastrées YB 328, YB 330, YB 331, YB 332, YB 333, YB 334, YB 90
  • Tarif de location d’un terrain pour implantation d’un panneau publicitaire
  • Participation aux frais de fonctionnement des enfants scolarisés dans les écoles publiques de Redon
  • Admission en non-valeurs de créances irrécouvrables
  • Informations dans le cadre de la délégation générale au Maire
  • Questions et informations diverses

 

Il se réunira le 6 décembre prochain à 19h, à l’espace associatif – salle les mésanges.

Dispositif “Participation citoyenne” – Réunion publique Sainte-Marie

Mis en place dans les secteurs touchés par des cambriolages et des incivilités, le DISPOSITIF “PARTICIPATION CITOYENNE” encourage la population à adopter une attitude vigilante ainsi qu’à informer les forces de l’ordre de tout fait particulier.

En accord avec la Gendarmerie de Redon, les communes du Canton de Redon souhaitent s’engager dans ce dispositif citoyen de vigilance contre les atteintes aux biens.

Une réunion d’information aura lieu à Sainte-Marie, salle des Ardoisières, le lundi 26 novembre à 20 heures, en présence des gendarmes référents pour la commune : l’adjudant Olivier DESBORD et le gendarme Lisa MUTSCHLER.

 


Le dispositif Participation Citoyenne, quelques éléments d’information

Le dispositif de participation citoyenne a été créé en 2011, suite à une scission avec le processus Voisins Vigilants, devenu commercial. Il consiste à faire participer les acteurs locaux de la sécurité, ainsi que la population concernée, à la sécurité de leur propre environnement, avec l’appui et sous le contrôle de l’État.

Après analyse du contexte local pour déterminer les quartiers, les lotissements, les zones pavillonnaires des communes susceptibles d’être concernées, voire les secteurs plus ruraux de villages, il convient tout d’abord de rechercher l’adhésion des élus. Des actions ciblées de sensibilisation sont ensuite à conduire auprès de la population par les élus et les forces de sécurité.

Enfin, le concept est fondé sur la solidarité du voisinage, il s’agit de développer, chez chaque personne disposée à participer à sa propre sécurité dans son quartier, son lotissement ou son village, un comportement de nature à mettre en échec la délinquance, essentiellement prévention des cambriolages, mais aussi, incivilités ou phénomènes inhabituels auxquels assisteraient les habitants (ex : véhicule suspect tournant dans les quartiers). Ce dispositif, circonscrit dans l’espace, est à mettre en œuvre par étape successives et à faire vivre dans un cadre partenarial : un protocole doit être élaboré à cet effet entre le Préfet, le maire et l’autorité judiciaire. Son application accroît l’efficacité de la lutte contre la délinquance d’appropriation, les informations reçues par les forces de sécurité leur permettant une présence sur le terrain mieux ciblée.

Pour autant, les personnes participant à ce dispositif ne sauraient se prévaloir de prérogatives administratives ou judiciaires : en aucun cas par exemple, ils ne peuvent mettre sur pied un dispositif de contrôle du secteur concerné par ces habitants. Il est hors de question de voir se former “des cowboys ou des shérifs de quartier”.

Par ailleurs, la participation citoyenne contribue au renouvellement du “lien social” en ce qu’elle renforce le contact et les échanges entre les habitants du quartier ou de la résidence, générant ainsi des solidarités de voisinage. Le dispositif de participation citoyenne doit également se concevoir dans un ensemble global d’actions et non pas en tant que concept pris isolément : il s’inscrit dans la large gamme d’outils de prévention de la délinquance déjà existants.

Ce dispositif doit être mis en œuvre là où le contexte s’y prête.

1) Comment mettre en place ce dispositif ?

Dans un premier temps, afin de voir si la population est intéressée, il y a lieu d’organiser une réunion publique. Celle ci est intégralement animée par les services de gendarmerie. A l’issue de cette réunion, si on sent un intéressement de ce dispositif auprès de la population, il sera demandé aux intéressés de devenir référent de leur quartier. Ainsi, cette personne désignée, après un appel à candidature, sera à même de faire le lien entre ces voisins et les services de gendarmerie dans le cas de signalement d’un comportement étrange ou inhabituel. Il est rappelé qu’il ne doit pas se substituer aux forces de l’ordre car seules, celles-ci sont habilités à intervenir, il est simplement un lanceur d’alerte.

2) Choix du référent

La Mairie distribue lors de la réunion, un bulletin d’inscription pour prétendre devenir référent. Après les retours, le conseil municipal analyse les demandes en fonction des quartiers préalablement définis. Le choix doit se porter sur la personne pressentant des qualités de diplomate.

3) Protocole

Après avoir choisi les référents, une convention est signée entre le Préfet, le Procureur, le Maire et la Gendarmerie.

Extension mairie-médiathèque

Les travaux de réhabilitation et d’extension de la mairie avec intégration de la médiathèque ont commencé en mars 2018.

Ce n’est qu’après l’analyse des offres reçues des différents corps d’état et une étude géotechnique réalisée  par le Cabinet ECR Environnement, permettant de s’assurer de la nature des sols et de leur portance, avant tout commencement de travaux, que la pelleteuse a pu donné les premiers coups de pelle.

Tout d’abord, le permis de construire de la mairie-médiathèque a été validé fin mai 2017 ;

Puis un premier appel d’offres a été lancé début octobre 2017 mais plusieurs lots ont été déclarés infructueux ; en effet, un certain nombre d’entreprises sollicitées n’étaient pas en mesure d’y répondre, compte tenu de leur carnet de commandes déjà très chargé pour 2018.
Une nouvelle procédure de marché public a donc été nécessaire afin de compléter les offres et signer l’intégralité des marchés, moyennant quelques semaines de retard sur le calendrier initial.

Enfin, une réunion de coordination avec l’architecte et les entreprises intervenantes a permis d’affiner la planification des travaux, prévus pour une durée de 14 mois environ.

Le financement des travaux de réhabilitation et extension est détaillé dans la délibération n° 83 du Conseil Municipal du 7 décembre 2017.
Sous réserve d’obtention de l’intégralité des subventions demandées, le financement à la charge de la commune s’élèverait à un peu moins de 200.000 € sur un montant global de travaux d’environ 740.000 € H.T. (soit environ 27 % du montant global, hors TVA). Nous tenons à remercier l’ensemble des financeurs qui nous soutiennent : l’Etat, la Région, le Département d’Ille-et-Vilaine et la Communauté d’Agglomération.

A noter, que pendant les travaux, les services administratifs et l’agence postale communale ont déménagé dans les locaux de la « Maison du Commerce », à l’angle de la rue du Tertre et de la rue de la Vilaine. Ces locaux temporaires étant limités en surface, les conseils municipaux et les cérémonies se déroulent à l’Espace Associatif durant toute la période de chantier.

Les travaux avancent ! Voici quelques photos….

Conseil Municipal

La prochaine séance du Conseil municipal se tiendra le 25 octobre 2018, à 19h, à l’espace associatif (salle les Mésanges).

Voici l’ordre du jour :

  • Acquisition de l’ensemble immobilier et parcellaire sis à l’angle de la rue du Tertre et de la rue du Pic Vert
  • REDON Agglomération/communes membres – Commission locale d’évaluation des transferts de charges – Approbation du rapport du 10 septembre 2018
  • Participation aux frais de fonctionnement des enfants scolarisés dans les écoles publiques de Redon
  • Tarifs des soirées jeunes de l’accueil de loisirs
  • Règlement intérieur de l’accueil de loisirs
  • Autorisation d’engagement d’une dépense au compte 6232 « Fêtes et cérémonies »
  • Rapport des observations définitives de la Chambre Régionale des Comptes relatif au contrôle des comptes et de la gestion de la Communauté de Communes du Pays de Redon pour les exercices 2013 et suivants
  • Informations dans le cadre de la délégation générale au Maire
  • Questions et informations diverses

 

Projection-débat autour de « notre agriculture dans 5 ans ? » – Redon

Jeudi 4 octobre à 20 h 00, au CinéManivel à Redon

Suite aux différentes actions engagées autour de l’alimentation durale et locale et notamment l’édition du guide des producteurs locaux, le Conseil de développement co-organise avec le lycée ISSAT de Redon, une projection-débat autour de « notre agriculture dans 5 ans ? »

Au programme :

-Projection du documentaire « Le Champ des Possibles » de Marie-France Barrier

-Débat en présence de deux grands témoins : Jacques Caplat, agronome, co-fondateur du Réseau Semences Paysannes et ancien animateur du groupe d’experts français sur les semences biologiques et Joseph Pousset, agronome et céréalier.

Travaux d’aménagement du bourg

Accompagnée dans ses choix par une commission extra-municipale et par le Cabinet d’études BCG, le Conseil Municipal a validé les grands principes de l’aménagement du bourg. Le projet a été présenté en réunion publique le 6 juin dernier, à la salle des Ardoisières.

Ce travail collégial a permis de définir une fonction pour chaque espace, de dessiner des parcours sécurisés et agréables pour les piétons et les cyclistes, de rendre le bourg accueillant et attractif, par l’implantation d’espaces verts. Le nombre de places de parking est globalement maintenu, mais les voitures seront moins visibles, davantage en retrait des voies de circulation, et masquées par la végétation.

Afin de sécuriser les carrefours, deux plateaux surélevés seront aménagés sur la RD 65, l’un au Nord, l’autre au Sud. La rue de la Vilaine sera déviée vers le plateau Sud afin d’obliger les véhicules à rouler doucement ; un parking sécurisé sera aménagé devant l’école et l’accueil de jour Les Coquelicots.

Les cars scolaires s’arrêteront devant la mairie-médiathèque, dont l’avancée de toiture servira d’abri pour les collégiens et lycéens qui empruntent les transports en commun. L’abri bus actuel sera détruit, dégageant ainsi la vue sur les commerces.

A proximité de la boulangerie et de la pharmacie, quelques places sont aménagées pour le stationnement. Un espace supplémentaire est dégagé devant les commerces pour former un parvis réservé aux piétons. Un banc y sera installé ainsi que des potences pour les vélos.

Le parvis de l’église sera identifié par un traitement au sol différent, et son accès ne sera possible que lors des cérémonies. Le tour de l’église deviendra un espace piéton ou de jeux pour les enfants (rollers, apprentissage du vélo…).

Un square sera aménagé sur la partie Sud-Ouest afin de pouvoir accueillir les familles, mais aussi les résidents de l’EHPAD, situé à proximité. Bordé d’une clôture, cet espace sera sécurisé pour les enfants.

La rue des Tilleuls recevra un simple marquage au sol, pour réorganiser les places de stationnement.

Les travaux se poursuivront dans la rue du 15 Janvier 1872, afin de redimensionner les canalisations d’eau pluviale. Les haies de buissons ne seront pas conservées et laisseront place d’un côté à un trottoir engazonné, et de l’autre à un trottoir conduisant jusqu’à la rue Paul Tiger et au nouveau lotissement.

Les travaux seront coordonnés par le Cabinet BCG, et réalisés par l’entreprise EUROVIA, dont le marché s’élève à 634.124 € HT (Cf délibération n° 47 du 17/5/2018).

(article extrait du bulletin municipal juin 2018)